Caro & Matt

caro solo

Il n’y a pas d’obstacle ni de difficulté que la volonté de Caroline ne peut surmonter.

Véritable fédératrice, boulimique de la vie et passionnée dans tout ce qu’elle fait, il lui aura fallu 3 changements radicaux de vie pour devenir l’artiste qu’elle est aujourd’hui.

Très jeune, Caroline intègre l’école Rhapsody de Draguignan pour y suivre des cours de piano. Elle y fait ses premières scènes, participe à des concours européens et se met à rêver de chant et de danse.

Mais la peur du manque de débouchés d’une filière d’études artistiques et sa volonté de devenir rapidement indépendante lui font dans un premier temps choisir la comptabilité, discipline pour laquelle elle se passionne rapidement. Elle exercera le métier de comptable durant 5 ans avant de décider son premier changement de vie : elle va devenir enseignante. Caroline retourne alors dans l’école où elle a obtenu son diplôme pour y enseigner la comptabilité aux élèves préparant leur BTS. Cette nouvelle voie lui offre bien des avantages, et essentiellement du temps libre pour exercer sa première passion, la musique.

Elle s’inscrit dans une école de chant (ARIA) pour prendre des cours avec Daniel Aggery et intègre très rapidement l’orchestre Crescendo en tant que clavier / chanteuse. Après deux saisons d’été, ses envies insatiables de nouvelles expérience la font intégrer Mirage Orchestra en tant que chanteuse à part entière. C’est au sein de cette formation qu’elle fera la rencontre de Matthieu Eymard, avec qui elle montera Kromazik.

A la fin de sa deuxième saison avec Mirage, Caroline effectue de nouveau un changement de vie radical, et abandonne son poste d’enseignante pour tenter de ne vivre que de sa passion. Ce qu’elle réussi à faire avec une facilité déconcertante ! Elle quitte Mirage Orchestra et les projets s’enchaînent, le duo fait du bruit et tourne bien dans les établissements de la côte d’azur, les voyages musicaux s’accumulent (le duo sillonne les routes de France, les stations de sports d’hiver, mais aussi les hôtels de luxe).

Après un an de « vadrouille » en duo, l’orchestre lui manque… ses grosses scènes, ses costumes, ses lumières et ses musiciens sont autant d’énergies qui l’appellent. Elle décide donc de passer une audition pour une des plus grosses formations du Gard, la Compagnie Française du Soleil, qu’elle intègre en tant que chanteuse, en parallèle d’une formation de chant et de danse à la Diamond School, auprès de Michaël Bésigot et Benoît Tardieu. Une année de répétition pour un show de plus de 3h30, 20 personnes sur scène, une dizaine de costumes dans la soirée, des danseurs, des chanteurs et des musiciens pour une trentaine de représentations. La saison terminée se pose le choix de déménager dans le Gard pour poursuivre l’expérience ou de rentrer chez elle pour travailler au développement de Kromazik, tout en continuant à garder un pied dans le monde de l’orchestre et du spectacle en intégrant la compagnie de la Diamond School et en faisant de temps en temps des remplacements dans différentes formations, nottament avec l’orchestre Alméras.

Son choix fait, elle décide encore une fois de faire les choses en grand et renforce sa formation de chanteuse / danseuse en intégrant la formule à «temps plein » de la Diamond School une année de plus, et décide également de rajouter un clavier au duo, qui s’enrichit en parallèle d’un violon et d’un répertoire en constante évolution.

… « To be continued »… 😉

matt soloL’intérêt et la curiosité pour tout ce qui touche de près ou de loin à la musique va servir de fil rouge à l’évolution de Matthieu : le violon alto à 5 ans, la guitare et le chant au collège, les percussions au lycée, l’entrée au CNR de Paris et l’obtention du diplôme de fin d’études à l’alto, comme son intérêt tout aussi fort pour les musiques traditionnelles telles que la pop, le jazz et le chant a capella. Son ouverture d’esprit et ses connaissances musicales font de lui un caméléon, une sorte d’électron libre capable de s’adapter avec facilité à toute forme de projet et de style musical, que ce soit en tant que compositeur, arrangeur, chanteur ou instrumentiste, et de s’y investir avec passion, faculté qui peut aisément s’expliquer par la diversité des rencontres qui ont façonnées son expérience professionnelle et musicale.

C’est une décision cruciale, prise à l’encontre de l’opinion de ses parents et professeurs, qui va déterminer son évolution artistique, et forger sa volonté d’être un électron libre : il démissionne du CNR de Paris pour intégrer en cours d’année une école d’art de la scène (Choreia, le centre des arts vivants) où il étudie le chant, le théâtre et la danse pendant 3 ans. Plus qu’une formation, cette école lui fait rencontrer tous les gens qui vont lui permettre de commencer à vivre de sa passion : Leela Petronio, Guem, Patrice Valero (directeur pédagogique de l’école à l’époque), Florence Lambert, Jolène, Charlotte Daniel et beaucoup d’autres… Il y fait également ses débuts en piano bar, une à deux fois par semaine dans la brasserie à deux pas de l’école.

Le bac passé Matthieu enchaîne les projets de plus en plus importants : une comédie musicale pour enfants (Plus Belle Que Toi de C. Roumanoff), des scènes parisiennes avec des projets de créations (Jolène, Charlotte Daniel, Telema), des compositions musicales pour des spectacles de compagnie de danse (Florence Lambert, Patrice Valero), un spectacle du Cirque du Soleil avec les STOMP,  en passant également par des performances au sein du « Hip Tap Project » (percussions corporelles), des albums studio et notamment une tournée internationale d’un an et demi avec la chanteuse Camille.

Parallèlement, son histoire d’amour avec le Var s’amplifiera au cours des années. Descendu dans un premier temps pour y enregistrer un album (le coeur au soleil, Jolène), il y retourne pour s’y produire dès que l’occasion se présente. De fil en aiguille, de projets en projets, d’une auto production d’un concert au zénith de Toulon avec toute l’équipe de musiciens qui l’avaient accueillis à bras ouverts, le décident à s’y installer définitivement, à la fin de la tournée de Camille.

Boulimique de nouveautés, il se forme à la technique plateau, rencontre Nicolas Pierre qui l’initie à l’art des échasses et des artifices de rue, celui-ci l’intégrera à sa compagnie :”la Compagnie du Bout des Doigts”. Matthieu continue à se produire avec différentes formations partout où il le peut (One shot, Mirage orchestra, La Compagnie Française du Soleil, l’orchestre Trait d’Union Perrier, et Sarbacane, un tribute to Cabrel dont il est l’instigateur).

Kromazik naîtra de sa rencontre avec sa compagne, Caroline Jean. Le duo complice en constante évolution reflète toutes ces influences et la richesse de deux parcours très différents qui se complètent de la plus belle des façons.